Glamour hystérique
Il n’est sans doute plus nécessaire de présenter STEREO TOTAL, le duo germanico-francais composé de FRANÇOISE CACTUS et de BREZEL GORING qui jouent de l’électropop underground depuis le milieu des années 90, et en plusieurs langues. (Mais toujours avec accent français !) Plus récemment, ils ont sorti un CD spécial Québec (“Carte Postale De Montréal”) ainsi qu’un Best Of espagnol (“No Controles”). Leur dernier album « régulier », « Paris-Berlin » est sorti en 2007 chez Disko B (Europe) et chez Kill Rock Stars (USA).
Et voici leur tout nouvel album : “Baby Ouh!” avec un look ” glamour hystérique “, un son expérimental et des paroles R’n’R’: Romantiques & Rebelles ! Pour cet album, STEREO TOTAL ont enregistré plus de 40 titres pour en choisir 17 dont quelques reprises de leurs idoles : BRIGITTE FONTAINE, PEDRO ALMODOVAR … Plusieurs amis musiciens les ont rejoints, des véritables superstars dans le sens Warholien du terme: Gina d’Orio („Cobra Killer“), Vice Cooler („Hawnay Troof“), Miss le Bomb, Becky Ofek („Boy from Brazil“), Can „Khan“ Oral, Anton („Die Dreipunktbande“), Albrecht Kühner („Das Barock- Orchester“), Irma et Lou Schiller (le chœur d’enfants), das Original Oberkreuzberger Nasenflöten Orchester (l’orchestre de flûtes de nez), etc.

Un album R’n’R’: Romantique et Rebelle
Dans leur album “Baby Ouh!” (dédié à Jacno), STEREO TOTAL tentent de faire la musique qu’ils aimeraient entendre à la radio. Les paroles sont poétiques, anarchiques, tristes et parfois légèrement débiles, le tout accompagné par de la musique jouée sur des instruments dénichés au Marché aux puces et enregistrée sur cassettes avec une attitude « LoFi », selon laquelle l’avant-dernier progrès technique est toujours compris comme le meilleur. Leur intention : échapper à ce monde d’ordinateurs et faire des choses inhabituelles avec des significations simples.
Depuis près de 10 ans, STEREO TOTAL sont en tournée mondiale ininterrompue (au Japon, Australie, Amériques de Nord et du Sud, Europe, etc.) Ils ont toujours essayé de régler leurs problèmes musicaux, techniques ou de marketing non par l’argent des grosses firmes « major » de l’industrie de la musique,mais par des idées. Enregistrés dans des langues multiples, leurs disques sortent sur des labels indépendants tout autour de la planète. STEREO TOTAL sont interprétés différemment et acceptés dans les pays les plus divers et voyagent avec un équipement léger de groupe rock minimaliste, peu importe s’ils jouent dans une salle de rock à 8 heures du soir ou lors d’une rave à 3 heures du matin.
À l’époque où on attendait d’un groupe « Live » un genre de show karaoké avec un ordinateur et un micro, le public s’étonnait de voir STEREO TOTAL débarquer avec batterie, guitares et samplers. La conception de leurs shows live est simple et directe : 1, 2, 3, 4, c’est parti ! Le résultat est souvent excessif et sauvage, ce qui a sans doute un rapport quelconque avec le passé Rock’n’Roll de FRANCOISE CACTUS chez les « Lolitas ».

Cultive l’incorrect!
C’est difficile de reproduire l’ambiance spéciale des concerts de STEREO TOTAL sur un album. Voilà pourquoi le duo a voulu enregistrer    « Baby    Ouh ! »    d’une    manière    crue,    pas    trop « produite ». Merci tout de même à Cem Oral, l’excellent ingénieur du son. Des chansons comme ‚Divines Handtasche’, ‚No Controles’, ‚I Wanna Be A Mama’, ‚Babyboom – ohne mich’, ‚Wenn ich ein Junge wär’ ou le hit ,Baby Ouh’ tentent d’imiter    le    jeu    musical    « incorrect »    d’une    situation    de concert. L’intention est donc d’échapper à l’hyper manipulation par ordinateur des morceaux enregistrés – ce qui a lieu dans pratiquement toutes les productions actuelles – et de retrouver une ambiance pure par des moyens simples et inhabituels.

Le nouvel album est-il vraiment nouveau?
Bon ! On reconnaît immédiatement le son STEREO TOTAL. Mais il y a plus de chansons d’amour que d’habitude. Même si elles sont    parfois    présentées    glacées    (« Alaska »,    « Larmes    de Métal »    …)    Par    contre,    dans    le    morceau    « Baby    Ouh », l’attitude froide et cool fond. Sur le nouvel album, des icônes sont tour à tour vénérées et ridiculisées: Divine, Andy Warhol … Les chansons sont courtes, réduites au minimum (si on fait abstraction de ce que STEREO TOTAL appellent la „Bip-Bip- Musik“.)
Malgré leur légèreté, leur insouciance et leur inconscience, Stereo Total se présentent comme un groupe politique dont l’ambition serait d’abolir toutes les frontières et qui prône la libération des femmes dans tous les pays. Ils se voient comme un modèle : Tu aimerais devenir musicien(ne ?) Do it ! Car ce qui caractérise STEREO TOTAL, c’est leur entêtement. Ils jettent un regard profondément ennuyé sur les modes, les vagues et les prédilections de MTV. Ils font la musique qu’ils aimeraient entendre … N’écoutent pourtant plus jamais volontairement leurs propres disques dès qu’ils sont sortis (« Ce qui est passé est passé ! No future, c’est notre futur ! ») Mais toi, do it, fais-le !

Depuis la parution de l’album « Paris-Berlin », qu’ont fait Stereo Total, à part tourner partout?
À côté de diverses parutions d’albums à l’étranger, ils ont accompagné musicalement le film « Nekromantik » de Jörg Buttgereit et ont joué des compositions de Weill au Festival Kurt Weill à Dessau.
Après avoir mis en scène à la Volksbühne de Berlin leur music- hall «Patty Hearst – Princesse et terroriste» (avec Gina d’Orio, Hanayo, Eric D.Clark, Candy Hank, Khan etc.), ils ont produit un show radio qui portait le même titre pour le « Bayrischer Rundfunk ». Ce show a été enregistré sur CD. Françoise Cactus a eu plusieurs expositions de dessins et a avec ses portraits de musiciennes en 3 dimensions et au crochet précisé encore plus son approche de l’art féministe dadaïste (Voir le scandale autour de sa poupée en laine Wollita, 1m76, 18 ans.) Pendant ce temps, Brezel Göring a essayé de rapprocher les extrêmes entre « haute » culture et culture « underground » en improvisant live avec l’orchestre baroque « Ebipolis » et en publiant les groupes de punk/électropunk Robotron et Dreipunktbande sur son label „Verboten in Deutschland“. (« Interdit en Allemagne »).